Rangiroa : on a nagé avec un dauphin !

  • 15 avril 2024
  • 3
  • 56

Au programme des vacances de Pâques : découverte de l’archipel des Tuamotus avec une première escale pour quelques jours à Rangiroa. La particularité des Tuamotus est d’être composé d’atolls, aux caractéristiques très différentes de ce que nous avons pu découvrir jusqu’à présent dans les archipels de la Société ou des Marquises.

Ce vaste ensemble de 76 îles s’étend sur une longueur de plus de 1 700 km. La quasi totalité des îles des Tuamotus est formée d’un étroit banc de sable (partiellement émergé) recouvrant une barrière de corail formée sur l’atoll d’un ancien volcan, dont le cratère central s’est effondré. Cela donne un aspect très particulier à ces îles, particulièrement vues du ciel : une très fine bande de terre entourant un immense lagon intérieur.

Souvent des passes maritimes se sont formées avec le lagon central. Ces passes font l’objet de puissants courants de marée essentiels à la vie du lagon (oxygénation et maintien du massif corallien intérieur).

Il n’y a ni source, ni rivière, ni lac sur ces atolls ; la seule façon d’obtenir de l’eau douce est de recueillir l’eau de pluie. Des systèmes de récupération des eaux de pluie alimentent donc les robinets et salles d’eau de toutes les maisons des Tuamotus.

Nous avons commencé notre séjour aux Tuamotus par l’île de Rangiroa, la plus grande et la plus peuplée de l’archipel. C’est aussi le deuxième plus grand atoll du monde. Son lagon intérieur est tellement grand qu’il pourrait contenir toute l’île de Tahiti.

Les séjours dans les atolls sont indiscutablement tournés vers le lagon. A notre programme : plongée, snorkeling, excursion lagonaire. La météo n’était encore une fois pas franchement avec nous, avec presque 3 jours de pluie et certains moments de véritable déluge !

Premier jour : visite de l’île et dégustation de vin

Le motu principal de Rangiroa s’étend sur une dizaine de kilomètres, du village d’Avatoru, à la passe de Tiputa, réputée pour ses plongées exceptionnelles. Nous sommes donc partis à la découverte de cette île à la topographie si particulière. Quelques plages, le « village », un spot de surf… Et nous n’avons surtout pas manqué de visiter la cave de l’île (on ne se refait pas), Rangiroa étant un lieu de production vinicole depuis une vingtaine d’années (unique en Polynésie). Nous avons ainsi pu déguster les différentes cuvées de blancs et rosés du seul vin au monde à être produit sur un sol corallien.

Deuxième jour : le Lagon bleu

Il existe deux excursions à la journée pour découvrir des paysages fabuleux sur des motus éloignés de Rangiroa, accessibles uniquement en bateau : « Le lagon bleu » et « L’île aux récifs ». Quelle chance pour ce deuxième jour, un vrai grand beau temps et un lagon calme : parfait pour notre excursion vers le Lagon bleu ! Après une heure de bateau, nous atteignons un lieu totalement paradisiaque : un lagon dans le lagon !

Une immense piscine entourée de quelques motus de sable blanc et dans laquelle se prélassent de nombreux requins pointes noires. Nous avons passé la journée à ouvrir grands nos yeux, découvrir la faune locale (notamment le crabe de cocotier) et l’art du tressage de chapeaux à partir de feuilles de cocotiers, typique des Tuamotus. Vraiment impressionnant de voir naître devant nous de vrais chapeaux aux formes toutes différentes en partant de quelques feuilles de palmier, sans aucun autre outil ou accessoire que les deux mains de notre guide.

***

Jour 3 et 4 : plongées bouteille en famille

Notre objectif de ce séjour était de pouvoir plonger en famille sur des sites réputés pour la densité de la faune présente (passe de Tiputa). Les enfants ont donc passé leur niveau de plongée le mois dernier afin d’être prêts pour ce séjour. Malheureusement, la veille du départ, Louise s’est plaint d’une oreille et après un détour chez le médecin, elle a écopé d’une contre-indication à la plongée pour la semaine et s’est donc retrouvée privée.

Nous avons dû également adapter certaines plongées à la composition familiale, Clotilde n’ayant pas encore 12 ans, elle ne peut plonger qu’à 12 mètres, contre 20 mètres pour les autres. Encore quelques mois et nous pourrons tous descendre à 20 mètres !

Et c’est lors d’une plongée où nous n’étions que 2 (Guillaume et moi) que nous avons fait la rencontre la plus incroyable : un dauphin s’est approché de nous à 2 reprises et est resté pour jouer avec notre groupe de 6 plongeurs. Un souvenir pour la vie ! Lors de sa deuxième approche, il est arrivé par derrière, nous dépassant jusqu’à atteindre l’instructeur, premier de la palanquée. Il lui a fait peur, comme une bonne blague, ce qui m’a donné mon premier fou rire sous l’eau.

***

Calme et zenitude sous l’eau, mais houle et pluie au-dessus du niveau de la mer. On s’est bien fait balloter avant et après la plongée, de quoi être un peu barbouillés pour le reste de la journée !

Jour 5 : tentative vers le village de Tiputa

Malgré la pluie et la tempête, nous avons décidé de prendre un bateau et traverser la passe pour visiter le village de Tiputa. Après 30 minutes sous le déluge, on a estimé que notre déambulation était suffisante pour saisir l’atmosphère du lieu, retour à la maison et jeux de société ! Puis préparation des bagages pour rejoindre Fakarava, notre deuxième escale aux Tuamotus, à suivre dans un prochain épisode !

Partager cet article

3 Comments

  1. Merci Claire pour ce magnifique reportage et les vidéos avec Flipper !
    Vous êtes très beaux avec vos chapeaux, quel beau portrait de famille !
    Nous attendons la suite avec impatience, profitez bien de vos vacances.

  2. J’adore vos chapeaux !

    Et ce dauphin joueur, trop bien !

  3. Quelles expériences fabuleuses ! Ce doit être magique. Merci de partager cela avec nous. Que ça fait du bien 🥰🙏

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*