Miscellanées tahitiennes #3

  • 19 janvier 2024
  • 1
  • 49

Voici en vrac quelques réflexions à propos de ce qui peut nous étonner, nous surprendre ou nous enthousiasmer dans notre vie quotidienne à Tahiti !

Les vêtements

Si les modèles de vêtements portés au quotidien à Tahiti sont relativement similaires à ce qu’on peut trouver en Métropole en été (avec tout de même un accent particulier sur les motifs à fleurs et les vêtements confortables), nous avons été surpris de constater que certaines personnes peuvent se balader volontiers pieds nus. Les élèves de Guillaume ne sont pas tous pro-baskets (en raison surtout du coût, mais parfois aussi par choix) et pratiquent donc le sport pieds nus également. Ce qui explique les robinets à ras de terre au collège afin de permettre aux élèves de se laver les pieds !

A la rentrée, la prof d’EPS de Clotilde demandait aux parents d’éviter les shorts en jean pour la natation (qui se pratique directement dans le lagon). Un peu surprise, je l’ai interrogée pour savoir si les enfants pouvaient venir en maillot de bain en cours de natation… Le maillot de bain est la tenue la plus confortable et évidemment acceptée, mais presque aucun enfant ne le porte en cours. Ils pratiquent en short et T-Shirt, principalement par pudeur. D’où la consigne d’éviter le jean qui fait couler les élèves en raison du poids du vêtement !

La gentillesse et l’accessibilité des Tahitiens

Ce n’est pas un mythe, les gens sont extrêmement souriants et courtois ici et ils entrent facilement en contact en prenant le temps d’échanger et de poser des questions (d’où tu viens, qu’est-ce que tu fais ?), que ce soit dans les magasins, les administrations… Il semble impoli ici de manifester son impatience, en tous cas, on le suppose car cela n’arrive jamais !

Petite anecdote, dans les rayons du supermarché, Clotilde me demande si on peut acheter un poulet rôti pour le repas. N’ayant jamais testé ça ici, je me dis que c’est une bonne idée et je décide de lui faire plaisir. Clotilde me dit « Oh maman, je suis tellement contente qu’on mange ça ! ». Et là, une Tahitienne qui a suivi la scène se penche vers Clotilde et lui dit : « moi aussi, je suis tellement contente pour toi ! ». Trois secondes après, ça n’a pas loupé : « Maman, les Tahitiens, ils sont vraiment trop gentils ».

Autre particularité qui ajoute de la simplicité dans les échanges, le vouvoiement n’est jamais employé. Tout le monde se tutoie. Mais vraiment tout le monde et en toutes circonstances. Si demain, je rencontre le Président de la Polynésie, je m’adresserai à lui en lui disant Tu. Ce qui fait que les enfants tutoient leurs professeurs : « Monsieur, tu peux réexpliquer ? ». Apparemment cela a tendance à changer dans certains magasins à Papeete, où les vendeuses peuvent avoir des consignes pour vouvoyer, mais on voit apparaître sur Facebook des campagnes de défense du Tu, les Tahitiens y tiennent !

L’alphabet tahitien

La langue tahitienne (dont nous apprenons péniblement quelques mots), n’est composée que de 14 lettres : 5 voyelles (a, e, i, o, u, prononcées a, é, i, o, ou) et 8 consonnes (f, h, m, n, p, r, t, v) auxquelles s’ajoutent le ‘ (« eta »), considéré comme une consonne, dite occlusive glottale. Pas étonnant que nous ayons l’impression que tous les mots se ressemblent, ce sont toujours les mêmes lettres qui reviennent ! Les consonnes se prononcent majoritairement comme en français à part le R, qui est roulé, et le H qui est dit aspiré, mais dans la réalité, il est plutôt expiré, comme quand on veut souffler la buée en hiver (j’ai encore quelques souvenirs, muhaha). En ce qui concerne l’occlusive glottale (‘) qui est toujours située entre 2 voyelles, il faut marquer un temps d’arrêt avant de prononcer la voyelle qui suit.

Les voyelles sont beaucoup employées dans les mots tahitiens et elles peuvent être surmontées d’un tiret qui indique la longueur de la prononciation et qui s’appelle un macron (ça ne s’invente pas !). On peut trouver beaucoup de voyelles successives dans les mots comme dans māuruuru = merci ou fa’a’apu = champ. Tout se prononce !

Blind test tahitien

Pour finir, un petit jeu concours ! Les tahitiens adorent chanter et jouer de la musique, cela fait partie de leur quotidien. Si les bringues endiablées sont l’occasion d’entendre les chants et chansons traditionnelles, les tahitiens sont aussi les pros du remix ou de la reprise de titres anglophones (ou français)… à la mode tahitienne. Malheureusement, ces titres chaloupés ne sont pas trouvables sur Deezer, Spotify ou Shazam. Mais rien ne nous arrête pour vous plonger dans notre quotidien ! Voici donc quelques extraits enregistrés de chansons que l’on peut entendre dans les magasins pendant nos courses. A vous d’identifier les chansons originales cachées sous les bruits parasites !

Partager cet article

1 Commentaires

  1. N 1 : Bryan Adams : I do it for you ( Robin des bois )

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*